A la recherche d'un emploi ? Ne baisse pas les bras !

Il y a peu, je demandais à un de mes clients : "Que retiens-tu de la démarche d'accompagnement au repositionnement ?".

Il me répond :

" Que je ne suis pas vieux. C'est possible de trouver du boulot à 55 ans"
"Qu'il est intéressant de rester ouvert aux possibilités, au-delà de nos habitudes ou de ce que l'on croit".

La recherche d'un nouvel emploi, que ce soit souhaité ou non, prend du temps, de l'énergie et demande de la foi. C'est confrontant.

Le pourcentage de retours est à peu près identique à la prospection commerciale. J'ai souvent entendu : "pour 100 appels, un rendez-vous". En recrutement par approche directe, c'est aussi la parité (lorsqu'on appelle "dans le dur", càd, lorsqu'on ne connait absolument pas les personnes de l'autre coté, c'est évidemment différent si on contacte des candidats potentiels qui nous connaissent déjà).

Et puis, il y a tout l'émotionnel lié à la situation :

  • La déception, la tristesse, la difficulté à tourner la page,

  • La peur de ne pas retrouver, de ne pas survivre littéralement car on doit mettre le pain sur la table ou métaphoriquement quand on pense que c'était notre boulot qui faisait de nous qui nous sommes

  • Les freins, les croyances, les blocages qui résultent de notre histoire familiale, sociale et professionnelle (nos blessures d'enfants, le rejet ou même, le harcèlement ou la discrimination dont nous avons fait l'objet à l'école, dans nos activités extra scolaires, ou encore au travail),

  • Les injonctions familiales ou sociales reçues et imprimées : on doit faire plaisir, on ne doit pas "se vanter" (qui rend difficile de "se vendre"), tu dois avoir tel métier, car tel autre, c'est du plaisir / pas assez prestigieux ... (Le nombre de fois où j'ai entendu mon/ma client-e dire :"Quand mes parents vont apprendre que je quitte la banque, je vais me faire laminer") !

Ne vous laissez pas embarquer dans la spirale négative. Ne laissez pas tomber les bras.

  1. Persévérez

  2. Posez-vous la question : "Quoi d'autre est possible". En faisant toujours la même chose, on obtient les mêmes résultats.

  3. Changer son approche, n'est pas nécessairement synonyme de "grande révolution". C'est souvent juste être ouvert-e à ce qui se présente à soi. Pour peu qu'on observe, qu'on écoute : on remarque les opportunités.

  • Oser être soi même est payant.

  • Oser se lancer dans ce qu'on a toujours eu envie de faire aussi. Que ce soit de l'entrepreneuriat, ou que ce soit changer de job.

  • Il n'y a pas de sot métier. Faites ce qui vous fait vibrer.

  • Vous ai-je dit que ma nouvelle opportunité m'a été proposée suite à un café pris avec un parent d'une amie de ma fille ? L'opportunité ne vous attend pas toujours (souvent pas) là où vous le croyez.

  • Vous allez peut-être trouver qqch d'encore plus grand !

Ecoutez votre petite voix. Suivez votre intuition. Inspirez -vous.

#outplacement #job #changejob #carrière # #emploi #opportunité

Vous pouvez, par exemple, suivre Dorith Naon sur Linkedin.

Voici ce que Dorith a posté, que je trouve super inspirant :

« On est fin Août.

Je commence à poster tous les jours.

Je suis moi-même.

J'essaye de faire rire souvent; réfléchir parfois.

Je raconte mes expériences. Je me dis que ça peut aider des gens qui vivent ce que j'ai vécu.

J'ai parfaitement conscience que ça peut me fermer des portes.

C'est un risque que j'accepte de prendre.

Les bonnes portes s'ouvriront en restant moi-même.

Je reçois des propositions d'emploi. Une par semaine. Puis une par jour. Puis 3 par jour.

J'ai le luxe du choix. C'est au dessus de toutes mes espérances.

Alors je prends le temps.

D'écouter les projets de chaque entreprise. De voir l'humain derrière le projet.

J'ai trop souffert dans le monde du travail pour aller vers un job où l'humain n'est pas réellement la priorité.

Et un jour, j'ai un coup de cœur. »

Son post en entier ici : https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6874017325440364544/






13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout